L’aide de vie

Que l’on soit à l’automne de la vie
Que l’on soit malade
Ou que l’on souffre de handicap,
On a beau s’dire
Qu’on peut toujours tout faire
Hélas, un jour il faut bien s’y faire
Le corps s’exprime
Le corps déprime
C’est la perte d’autonomie.

 

Alors on s’dit
A la fois indécis
Et un peu dans le déni
Tiens ! Si j’avais une aide de vie.
Et puis on y pense
Et puis on évite
S’disant qu’on peut toujours tout faire…
Et puis un matin
On s’pose plus la question
On prend la décision.

 

Et puis on a peur,
Et puis on s’méfie,
Et puis elle est là.
Elle est nos bras
Elle est nos jambes
Elle est parfois notre tête
Elle est souvent notre sourire.

 

De jour en jour,
De maison en appartement
De saison en saison
Elle transporte son courage
Pour faire notre ménage.

 

Elle fait nos courses
Elle prépare nos repas
Elle veille sur nous
Elle veille à notre confort.
Elle nous habille, nous déshabille
Elle rassure nos familles
Elle veille à notre sécurité
Elle veille à notre Dignité.

 

Elle nous écoute
Elle nous entend
Elle nous rassure,
Elle nous parle
Elle nous soutient
Elle nous sourit
Elle nous porte.

 

Et quand règne le vide autour de nous,
Elle est là.
Elle nous donne la confiance
Elle nous donne le sourire.
Elle fait à notre place
Tout en s’effaçant
Pour mieux nous laisser place.

 

Elle voit tout
Elle entend tout
Elle ne dit rien.
Elle devine nos besoins.
Elle est notre quotidien.

 

Hier, aujourd’hui, demain
On a tous un jour besoin
Qu’elle calme nos souffrances.
Sa présence souvent vitale
Est indiscutable,
Et pourtant, elle n’est que l’ombre
Des lois en surnombre…

 

Qui en a conscience ?
Et vous chers élus
Vous qui décidez
Vous qui savez
Vous qui pouvez
Savez- vous qu’un jour venu,
Vous ne pourrez plus
Vous ne saurez plus
Vous ne déciderez plus…

 

Et quand vous serez seul,
Quand elle sera là
Quand elle fera pour vous
Quand elle saura pour vous
Quand elle décidera pour vous
Peut-être qu’au fond de vos déraisons
Vos consciences enfin résonneront
Car elle sera toujours là…

 

A pied, en bus, en train, en vélo, en voiture
Elle assure.
Mal payée, mal protégée, souvent maltraitée
Elle assume
Au nom de la conscience humaine
Pour ce métier ignoré
Que chacun, sans mesure, malmène.

Jouet Josette alias Josy
décembre 2015

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous :

Facebook Twitter Google Plus
[jetpack-related-posts]

Laissez un message

*