A la source de la vie

Je me souviens de ces moments
Dans ma verte campagne,
M’en allant insouciante
Au gré de mes chagrins hagards,
Par  les chemins bordés d’arbres,
Je respirais.

 

M’imprégnant de cette odeur boisée
A la fraîcheur verdoyante,
J’appréciais la saveur du silence.
Assise au pied d’un chêne immense
Les yeux levés vers le ciel,
A visage découvert, je m’offrais
A la douceur du soleil
Qu’un vent soyeux caressait.
Sous ce toit de verdure
Abritée de toute imposture
Insatiablement je me gorgeais
De ces instants sans pareil.

 

Je me souviens le ruisseau,
Au charme des chants d’oiseaux
Vibrer de son clapotis
Emplissant mon âme
Comme d’une source d’énergie.
A m’étouffer de ce calme
Je respirais.

 

Je me souviens l’eau claire
Limpide et fraîche.
Je me souviens cette odeur divine
Quand après la pluie,
A pleins poumons
D’une profonde inspiration,
La nature respirait.

 

Je me souviens de ces moments
Où campagnes et forêts
Buvaient à l’eau des rivières,
Nourrissant nos terres boulimiques
A la bonté des nappes phréatiques.
A m’y noyer, je respirais.

 

Je me souviens de ces moments
Dans la turbulence de mon enfance
Au pied de mon chêne, assise
A me fondre immobile
Dans ce tableau vivant,
M’y nourrissant de cette énergie
Comme d’une prophétie.

 

Je me souviens, dans ces moments
Je n’avais plus de peine.

Jouet Josette alias Josy
2 mai 2017

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous :

Facebook Twitter Google Plus
[jetpack-related-posts]

Laissez un message

*