La vie qui se froisse

Le temps pastellise les instants
Les moments
La vie elle-même
Et parfois
Quelque fois
Quand le temps
De tant en tant
Ressemble à l’encre de ta plume
Elle se couvre d’une couche
De givre blanc paralysant
Laissant le vent ébouriffé nos cœurs
Et semer dedans
Pendant un moment
Trop long peut-être
Un morceau d’antan
Un petit peu de déjà vu
Un bout d’avant.

Jean-Sylvestre THEPENIER

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous :

Facebook Twitter Google Plus
[jetpack-related-posts]

Laissez un message

*