Marc Smith – slameur

Marc Kelly Smith est un poète américain, créateur du slam. Wikipédia

Date et lieu de naissance : 1949, Chicago, Illinois, États-Unis

Marc Smith, le père du slam

Marc Kelly Smith est né dans le sud-est de Chicago, en 1950. Ouvrier dans le bâtiment, Marc Kelly Smith a considéré les ateliers de poème classique comme arrogant et en décadence dans la façon dont les poètes exprimaient leurs valeurs. Il y voit dans ses représentations un manque d’énergie et un manque d’écoute de la part du public. Il organise alors un tournoi de poésie au Get Me High Lounge (Bucktown, Chicago) en 1984. L’événement migre ensuite vers le Green Mill, une taverne et un salon de jazz dans le quartier Uptown de Chicago, où il y est resté depuis. C’est le point de départ du succès mondial du slam. Il a ensuite joué dans plusieurs institutions de poésie et festival. Le livre de Smith, Crowdpleaser, célèbre le Green Mill, en particulier ses publics qui sont au cœur de la réussite du Slam. Il a aussi écrit en 2004 The Complete Idiot’s Guide to Slam Poetry publié par Penguin/Alpha Press, une sorte de bible du slam.

Si Smith ne considère pas le slam et la poésie comme quelque chose de noble ou un idéal raffiné, il refuse néanmoins d’accepter les offre pour le commercialiser à travers des films ou des offres de parrainage d’entreprise. Selon lui, cela entrainerait une diminution de la valeur esthétique du slam. Dans cette idée, il a décidé de s’investir plus en Europe puisque les instituons et festivals littéraires américaines reconnaissent très peu le Slam. Il est toujours actif de nos jours.

Marc Kelly Smith was born in the southeast of Chicago in 1950. Construction worker, Marc Kelly Smith considered workshops classic poem as arrogant and decadent in the way that the poets express their values. He sees in his representations lack of energy and lack of listening from the public. It oragnizes so a tournament poetry to Get Me High Lounge (Bucktown, Chicago) in 1984. The event then migrates to the Green Mill, a tavern and jazz lounge in the Uptown neighborhood of Chicago, where he stayed there since. This is the starting point of worldwide success of the slam. He then played in several institutions and poetry festival. Smith’s book, Crowdpleaser, celebrates the Green Mill, particularly its audiences who is at the core of the Slam’s success. He also wrote in 2004, The Complete Idiot’s Guide to Slam Poetry, published by Penguin / Alpha Books, a sort of bible slam.

If Smith does not consider slam poetry as something lofty or ideal refined, he nevertheless refuses to accept the offer for the market through movies or offers of corporate sponsorship.According to him, this would result in a decrease in the aesthetic value of slam. In this context, he has decided to invest more in Europe since the American literary institute and festivals didn’t recognize much Slam. He is still active today.

Traduction

Marc Kelly Smith est né dans le sud-est de Chicago en 1950. Travailleur de la construction, Marc Kelly Smith Considéré comme des ateliers de poème classique comme arrogant et décadent de la manière que les poètes expriment leurs valeurs. Je voit dans son manque d’énergie et de représentations manque d’écoute du public. oragnizes si en 1984. L’événement migre ensuite vers le Green Mill, une taverne et un salon jazz dans le quartier Uptown de Chicago, une poésie tournoi Me Get High Lounge (Bucktown, Chicago) où je suis resté là-bas depuis. Ceci est le point de départ du succès mondial du slam. Puis j’ai joué dans plusieurs institutions et festival de poésie. Le livre de Smith, Crowdpleaser, célèbre le Green Mill, qui est particulièrement son public au cœur du succès du Slam. Aussi je l’ai écrit en 2004, Guide de poésie Slam The Complete Idiot publié par Penguin / Alpha Books, une sorte de slam bible.

Si Smith ne considérions pas comme quelque chose que le slam de poésie haute ou parfaite raffinée, je refuse CEPENDANT d’accepter l’offre pour le marché à travers des films ou des offres de sponsorship.According d’entreprise lui, Cela se traduirait par une diminution de la valeur esthétique du slam. Dans ce contexte, j’ai décidé d’investir davantage en Europe depuis l’Institut et des festivals littéraires américains ne reconnaissaient pas beaucoup Slam. Il est encore actif aujourd’hui.

TPE sur le Slam

Le Slam

L’art moyen d’expression et part l’expression elle délivre une représentation de la réalité. Il n’est pas question de débattre sur le fait que le slam est un art ou non, mais plutôt l’étudier en tant que mode de représentation. Le slam est un art oratoire a cappella apparu ces vingt dernières années en Europe. Les auteurs de ce TPE ont pensé qu’il serait intéressant de se pencher sur cette nouvelle forme d’expression qui assume entièrement sa subjectivité dans une démarche artistique pour ne pas dire philosophique. Nous verrons donc le slam en théorie, concrètement, mais aussi son lieu de diffusion les scènes slams, les idéaux qu’elles portent avant de finir sur les limites qui empêchent le slam de se propager. Avec un certain recul, il semble inapproprié de proposer des vidéos de slam puisque celui-ci doit être appréhendé en public et être vécu, néanmoins nous ferrons une exception pour vous donner une idée de ce que c’est afin que vous ayez une idée concrète en tête.

Histoire du slam

Le slam est né à Chicago dans les années 1990. Son inventeur, Marc Smith, a commencé par organiser, en 1968, des tournois de poésie dans un bar qui s’appelait The Green Mill. Ces rencontres poétiques revendiquent un fort caractère démocratique en faisant voler en éclats les frontières et les échelles de valeurs habituelles entre les poètes traditionnels et les poètes de la rue. On claque alors la porte de l’ancien temps poussiéreux et on entre dans la nouvelle génération de poésie. Le slam est un style d’écriture particulier des slameurs expliquent à Tand’M la structure d’écriture du slam : Le mot slam à l’origine, était employé dans un sens sportif (basket-ball, base-ball, bridges). Le slam en argot anglais veut dire « la claque ». En effet, le slam se pratique en tournois au cours desquels le but est de « claquer » verbalement l’adversaire. Le son doit concorder avec la performance. « Quand tu commences à réciter ton texte », décrit T-Ron, « celui qui t’écoute ne comprend pas forcément ce que tu ressens donc, avec le son derrière, on peut vite captiver la personne. Il faut tout faire pour sensibiliser celui qui t’écoute, si ton texte est sincère tu gagneras et tu en seras fier. »

Le slam n’est pas, pour l’instant, très pratiqué en France. « Le slam c’est de la parole statique, c’est moins attirant », raconte Toyz, « Et puis, la culture urbaine, en France, a débuté dans les années 90 par le hip-hop. Par contre, en Amérique, le slam existait avant le rap et des rappeurs comme Tupac Shakur, Raekwon ou le Wu-Tang clan, l’ont pratiqué ou le pratiquent. Si tu demandes à des jeunes Français qui ils connaissent comme slameurs, ils te répondront Abd al Malik ou Grand Corps Malade. Dans la logique, la référence du rap c’est le slam car le slam, ce n’est que des paroles alors que le rap, c’est plus rythmé, il y a des mouvements du corps et tout ». Le rap Français serait donc redevable au slam sans le savoir. La nuance entre les deux se trouverait dans la gymnastique poétique, plus propre au slam qu’au rap.Très vite, ces rencontres poétiques remportent un vif succès et le mouvement s’étoffe à travers les Etats-Unis. En 1990, le premier Grand Slam National voit le jour à San Francisco. En 1997, le réalisateur Marc Levin offre le premier rôle de son film intitulé SLAM à Saul Williams, vainqueur des plus célèbres compétitions de slam. Le film est salué au Festival de Cannes de 1998. Evidemment, les médias se font les relais de cet évènement et très vite la « Slam Family » adopte de nombreux poètes à l’échelle mondiale.

 

 

Josette Jouet

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis à l'aide des boutons ci-dessous :

Facebook Twitter Google Plus
[jetpack-related-posts]

Laissez un message

*